10 conseils pour réussir tes semis

Tu as pris le temps d’observer le lieu de plantation, les zones de cultures sont déterminées. Tu as une sélection de graines ? Il est temps de semer.

Les semis sont un incontournable dans la création, la réussite d’un jardin / potager verdoyant & abondant.
Que tu choisisses de le faire sous abris, en intérieur, etc. Cela demande des étapes & une attention quotidienne.

Aujourd’hui, je te partage 10 astuces pour réussir tes semis.

1 ~ Le bon timing

De l’expérience que j’ai, le bon timing doit prendre en compte l’espèce & le lieu de vie.

Chaque espèce a des besoins spécifiques qui lui sont propres.
Il va être important de respecter le calendrier de semis & le lieu favorable pour semer : sous abri ou en pleine terre.
Veiller à ces points permet aux plants d’être plus adaptés à la saison & aux températures.

Le lieu de vie va jouer également un grand rôle.
Hormis les indications données pour les semis en fonction de l’espèce, il peut arriver de pouvoir planter en pleine terre lorsque l’on vit, par exemple au Portugal (comme c’est mon cas) alors qu’il sera préférable, voire recommander sous abri, en France.
Ou tout simplement de semer plus tôt ou plus tard que ce qui est indiqué, en fonction du climat où tu te situes.
N’oublions pas que le dérèglement climatique amène par ailleurs à s’adapter.

2 ~ Échelonner les semis

L’intérêt d’échelonner les semis, c’est d’éviter de se retrouver durant une période avec une abondance de fruits, de légumes puis une autre sans récolte.
En espaçant les semis, en semant régulièrement et en veillant à varier les variétés : précoces, classiques, tardives… Cela permet de s’assurer une récolte continue.

Par exemple : en plantant 20 salades, toutes les 15 jours, tu vas pouvoir récolter de manière continue.

3 ~ Choisir un terreau adapté

Bien souvent, la terre du jardin étant tassée, trop dense & parfois pleine de graines d’herbes, etc Cela ne sera pas suffisant & adapté.
Les semis préfèrent une terre légère & drainante qui est plus propice pour le développer des graines.
L’idéal est de choisir un terreau biologique avec un ph compris entre 6.5 & 7 pour des plants potagers, sans tourbe.

Il y a aussi la possibilité de fabriquer son terreau maison.
Si cela t’intéresse, n’hésite pas à me le dire en commentaires. J’y consacrerai un article.

4 ~ Planter à la bonne profondeur

La capacité de croissance de la plante va déterminer la profondeur à laquelle la graine doit être semée.
Si la graine est plantée trop profonde par rapport à ses capacités, il peut arriver qu’elle finisse par pourrir.

5 ~ Apporter une source de lumière

Dès que la graine commence à germer, elle a besoin de lumière.
Si le jeune plant cherche la lumière, il va grandir bien trop vite en hauteur pour aller dans la direction de ce dont il a besoin.
Et va par conséquent avoir une tige trop fine. On dit que la tige s’étiole.

Un lieu bien éclairé avec une lumière diffuse est idéal.
Ce qui va favoriser une pousse avec des plants vigoureux.

6 ~ Éclaircir les semis

Bien souvent, on plante plusieurs graines dans un même contenant.
Cela permet d’assurer un minimum de plants. Et d’un autre côté, si dans un même espace, les graines restent à germer.
Elles vont vite se retrouver à l’étroit.
L’étape d’enlever les pousses plus fines, petites, permet de laisser la place aux plants qui se développent pleinement.
Cela créer également de l’espace afin d’espacer les plants les uns des autres pour qu’ils puissent se développer correctement.
C’est ce qui s’appelle « éclaircir ».

7 ~ Maintenir une température adaptée

La plupart du temps, les graines apprécient une température aux alentours de 20 °C minimum.
Une température qu’il est important de maintenir même la nuit.

C’est une des raisons pour laquelle, les semis commencent, par exemple en pleine terre, une fois que les giboulées ou les dernières gelées sont passées.
Semer dans une terre qui se réchauffent et où les nuits vont commencer à être moins fraiches.

Si les semis sont en extérieur la journée pour profiter d’une lumière diffuse, par exemple. Veiller à les rentrer, la nuit.
Après, certaines graines peuvent germer à des températures basses : salades d’hiver, radis, fèves, ail…

8 ~ Conserver une humidité constante

Pendant la croissance des semis, maintenir le terreau constamment humide.
Sans pour autant le détremper.
Un arrosage régulier de la terre, en veillant à éviter les feuilles.
En gardant à l’esprit qu’une plante souffre plus facilement d’un excédent d’eau que de sécheresse.
Cela demande de prendre le temps d’observer les besoins en eau spécifique à chaque espèce.

Astuce : arroser par le bas, en trempant quelques minutes les pots dans une bassine remplie de 2 ou 3 cm d’eau.

9 ~ Effectuer une transition progressive vers l’extérieur

Les semis en intérieur n’auront pas été soumis à l’UV, au vent & aux températures fluctuantes.
Avant de passer au repiquage en pleine terre, il est conseillé de sortir les semis un peu chaque jour.
L’idée est de leur laisser le temps de s’acclimater aux éléments extérieurs.

S’assurer que tout risque de gel est passé.
Les mettre dans un premier temps à l’ombre, pendant plusieurs jours.
Puis, de plus en plus au soleil jusqu’à que ce soit toléré.

10 ~ Une attention quotidienne

Les semis demandent une attention particulière.
Durant tout le processus, elles sont fragiles.
L’attention quotidienne va permettre de réagir & de répondre au mieux possible aux besoins.
Et prévenir les dangers qui pourraient mettre à mal leurs développements.

Prêt·e à tenter les semis ?

J’espère que ce résumé de donne un premier aperçu & te donne envie de te lancer.

J’attire ton attention sur l’importance de faire ta propre expérience.
Le rassemblement d’information est la première étape.
Ensuite, la mise en pratique va te permettre de te confronter à la réalité de ton terreau, des conditions climatiques, de ce qui va réellement fonctionner pour toi, pour l’espèce choisie, là où tu te situes.

La Nature restera toujours à mes yeux le premier & le plus grand professeur avec un enseignement qui évoluera au fil des saisons. Ce qui pouvait fonctionner à certains moments, ne fonctionnera plus. Et inversement. Cela peut arriver.

Toujours garder à l’esprit que lorsque l’on sème, que l’on cultive, nous sommes avec le Vivant. Et non, contre.
C’est cyclique, évolutif, changeant… Et cela demande avant tout, d’apprendre à observer, comprendre & accueillir les riches enseignements dans le contact avec la Nature.

?? As-tu des questions ?
Quelles sont tes astuces, les étapes, préférences pour les semis ?
Que vas-tu semer ?

Je serais heureuse, si le cœur t’en dis, que tu me partages ton retour.
Au plaisir aussi d’accueillir ton retour, de te lire en commentaires.

? En attendant de se retrouver, au fil des saisons, prends soin de toi dans le respect & l’écoute de Ta Nature cyclique ainsi que celle de notre Terre Mère.

Flavia,

P.S : Si tu aimes ce que je partage & que tu penses que ça peut intéresser ou aider une autre personne :
Sème ~ s’Aime ? à ton tour en partageant mes articles.

2 réflexions au sujet de “10 conseils pour réussir tes semis”

    • Bonjour,
      Merci beaucoup pour ton retour.
      J’espère qu’il t’aura été d’une aide dans ton processus des semis.
      Si tu as des questions ou des choses que tu souhaites que j’aborde, n’hésite pas à me les déposer.
      Je te souhaite de belles éclosions ?

Laisser un commentaire

Don`t copy text!