Projet avec Victor, Slow Leaf

Après ce retour aux racines qui ont enclenché nos choix, le contexte, notre cheminement… revenons à aujourd’hui.
Où est-ce qu’il y a eu de l’acharnement et/ou de la persévérance concernant notre projet commun avec Victor et mon entreprise ?

Notre projet avec Victor

Depuis l’extérieur, cela peut sembler compliqué de poursuivre, peut-être même complétement fou. Lorsque l’on connait notre parcours jusqu’à aujourd’hui & les nombreuses difficultés rencontrées…
?? Pourquoi ne pas arrêter ? Pourquoi s’acharner ? Rentrer en France ?

Malgré les difficultés, on ne se voit pas revenir en France. Même si les doutes, les questionnements, le mental vient nous le soumettre… lorsque l’on s’arrête sur cette pensée, on ne se projette pas/plus du tout en France. L’envie n’est pas là.
On continue d’où nous sommes, tout simplement parce que l’on ressent malgré tout ce qui nous est arrivés l’envie, un élan de poursuivre.

Rien que de s’imaginer sur notre terrain, ce que l’on veut mettre en place nous porte, nous procure de l’énergie, de la joie. Une fois que nous avons fini de parler des difficultés avec nos amis, par exemple, dès que nous parlons de notre projet, notre enthousiasme est présent, nous avons le sourire.

Et ce qui nous permet d’avancer n’est pas uniquement la visualisation à l’éclosion de notre rêve, c’est aussi le chemin pour y arriver. On prend également plaisir dans tout ce que l’on découvre, apprend sur (soi) ce chemin. Oui, parce qu’il y a pas que de mauvaises expériences ou difficultés sur ce chemin.

On se laisse la possibilité d’accueillir la forme au service du cœur de notre projet : par exemple, le lieu du terrain. On ressent & on sait ce que l’on ne veut pas/plus, là où il n’y pas de joie, d’élan de se diriger pour concrétiser le cœur de notre projet. Et de l’autre, on ne se ferme pas à d’autres possibles… tant que l’élan de notre cœur nous montre le chemin.

Dans une société, où nous sommes de plus en plus habitués à l’immédiateté… Nous gardons également en tête qu’il y a des choses qui ont besoin de plus d’une année pour éclore.
C’est un cheminement, un processus qui demande de se vivre, de lui laisser l’espace d’exister. Cela demande du temps.
Et ce temps, nous avons envie de le prendre.

Slow Leaf

J’ai également eu mon lot de difficulté, d’enchainement d’évènement qui ont mis à mal mon entreprise.

Et, ne trouvant pas le terrain, dans un délai que nous nous étions imaginés et restant focalisé sur le fait que ma vision de mon entreprise ne pourrait pleinement éclore que depuis ce lieu, j’ai eu de plus en plus de doutes. À plusieurs reprises, j’ai envisagé de tout arrêter. Pour autant, je n’y arrivais pas.

En attendant, j’ai eu envie de proposer des services d’accompagnements.
Dans un premier temps, je me suis formée à la posture de coach. Je suis allée plus loin en me formant au métier de coach holistique et j’ai obtenu ma certification. J’ai ensuite proposé des accompagnements Slow & Nature.

? Je prends le temps de remercier à nouveau les merveilleuses femmes qui m’ont fait confiance pour les accompagner à ralentir dans les divers domaines de leur vie afin de créer une vie slow, simple & apaisée. Pleine de gratitude. J’y ai pris beaucoup de plaisir.

Pour autant, je me sentais incomplète, avec un vide.
Bien que j’ai continué & que je continue de me former, d’apprendre, de pratiquer dans les domaines artistiques, de l’écriture, de l’herboristerie, la cuisine végétale, la cueillette, la botanique, etc.
Il me manquait une grande partie de qui je suis dans ce que je faisais, partageais, transmettais.

Dans un premier temps, j’avais mis de côté, peu à peu, sans m’en rendre compte, des facettes de qui je suis.

Puis, je prenais de moins en moins de temps pour exprimer ces parts de moi, tout en me disant qu’une fois sur le terrain… cela s’est clairement vu sur mes partages instagram.
Tout en ayant envie de retrouver & d’exprimer, de partager ma part créative, poétique et mes connaissances du Vivant. Et pouvoir consacrer du temps à mon amour pour l’écriture, au fil des mots et des saisons. 

En même temps, je me disais que si je savais bien faire ce que je faisais & que ça ne me déplaisait pas.
?? Alors pourquoi ne pas continuer en attendant ?
Il faut que je continue. Coucou, l’injonction.

La difficulté pour ressentir si j’étais dans de l’acharnement ou de la persévérance concernant Slow Leaf était aussi dans la distinction du niveau, de joie & de satisfaction, etc ressentie entre :
~ Le cœur de ce que je souhaitais proposer de la joie, de l’envie +++
~ La forme qui n’était pas entièrement représentative de l’expression de qui je suis & ce que je souhaite faire, ensuite. Et pourtant, avec une joie présente.

?? Alors, même si cela ne me déplaisait pas & que je savais faire : devais-je pour autant continuer ? Si cela n’était pas déplaisant & agréable, n’y avait-il pas d’autres formes où je m’épanouissais pleinement ?

Je pense qu’une partie de moi n’osait pas lâcher la forme par peur de perdre le cœur.
Car à l’époque, je ne voyais pas quelle autre forme, je pouvais créer en attendant d’être sur le terrain. Ma visualisation était tellement précise qu’elle ne laissait plus de place à voir d’autres possibles sur le chemin.

Je m’enfermais dans une situation avec mes peurs, mes propres injonctions, répondant par des actions vers une notion d’immédiateté.
D’un côté, j’avais une impression de rassurer mon mental. Et de l’autre, une diminution de ma joie & de mon envie.

Je n’envisageais même pas de commencer à initier tant que je n’étais pas sur le terrain. La peur de ne pas être légitime, syndrome de l’imposteur, envie de faire pleins de chose…
Spoiler alerte (qui n’en ai pas vraiment, hein ?), nous avons tous et toutes le même nombre d’heures dans une journée.

J’étais dans l’acharnement à maintenir une forme que je savais faire, qui me plaisait et pour autant ne répondait pas pleinement au cœur de qui je suis.

C’est pourquoi, j’ai décidé de dire STOP.

En résumé

Le lieu que l’on souhaite créer au cœur de la Nature, tu l’auras compris, c’est avec joie et plaisir que nous avons envie de prendre le temps de poursuivre cette aventure.

Mon entreprisej’ai mis à l’arrêt de nombreuses propositions pour (re)trouver de l’espacer à la création.
Les changements ont déjà commencé à se mettre en place. Je continue de recentrer également ma communication principalement sur mon site & via ma newsletter.

Dans cet article « j’arrête & je me recentre », je t’y présente concrètement mes ressources que je mets à ta disposition et qui resteront gratuites et les changements concernant mes propositions.

Et toi ?

?? Y a-t-il des actions que tu poursuis parce que tu sais les faire ?
Ou d’autres, parce que tu ne vois pas comment faire autrement ?
Est-ce que mes partages te parlent ?

Si le cœur t’en dit, que tu me partages comment tu te sens ?
Au plaisir d’accueillir aussi ton retour, de te lire ?

? En attendant de se retrouver, au fil des saisons, prends soin de toi dans le respect & l’écoute de Ta Nature cyclique ainsi que celle de notre Terre Mère.

Flavia,

P.S : Si tu aimes ce que je partage & que tu penses que ça peut intéresser ou aider une autre personne :
Sème ~ s’Aime ? à ton tour en partageant mes articles.

Laisser un commentaire

Don`t copy text!